Le projet

Repenser le système des retraites

L’avenir des retraites et son financement est un sujet politique important et une préoccupation majeure des Français. Le système actuel est obsolète et les seules marges de manœuvre sont de modifier l’âge de la retraite ou d’augmenter les cotisations. Dans tous les cas, la réponse est impopulaire.

On demande de travailler jusque 67 ans, alors que les médecins estiment que la limite acceptable est de 62 ans. C’est particulièrement injuste. Dans l’autre cas, il faut choisir une baisse de revenu pour une retraite qui n’est déjà pas élevée.Le système de retraite est déséquilibré car on doit à la fois supporter l’allongement de la vie et l’augmentation du nombre de retraités. Nous arrivons dans une situation où nous avons deux générations en retraite pour une seule active et avec des soins de plus en plus coûteux. Les corrections comptables sur l’âge de la retraite où les cotisations ne suffiront pas à résoudre le problème.

Il faut revoir le système.

Premièrement, il faut repenser la notion de retraite. Elle a été créée à une époque où le travail était prépondérant et la mise à la retraite était plus une mise à l’écart des personnes en incapacité de poursuivre le travail. Le temps de la retraite  a ensuite été considéré comme une période de congé méritée après une vie de travail, du moins pour les plus chanceux.

Mais on assiste aujourd’hui à une situation dégradée avec du chômage pour les seniors. On demande de travailler plus longtemps mais les entreprises licencient les plus de 45 ans. On arrive à des situations de précarité qui se poursuivent avec des retraites précaires. Cela oblige les personnes à cumuler des activités pour s’en sortir.

La limite entre le travail et la retraite s’estompe donc peu à peu.

Quant à certains retraités, qui sont en bonne santé et qui ont des postes intéressants, ils ne souhaitent pas aller en retraite et veulent rester actifs. C’est le cas de nos sénateurs, écrivains, chercheurs et académiciens toujours actifs après 60 ans. De plus, si certains retraités apprécient une vie de loisir et d’activités, d’autres ne supportent pas cette rupture avec la vie active et se sentent coupés de la société. De ce fait, la notion d’âge de la retraite est une vision du passé et a de moins en moins de sens dans notre société.

Deuxièmement, le système actuel est injuste. Il n’est ni égalitaire, ni équitable. L’idée d’un système unique et universel semble juste et logique. Malheureusement cela ne peut pas marcher car on va remplacer un système injuste par un autre système injuste. En effet, comment concilier des métiers aussi différents qu’agriculteur, militaire de carrière ou danseuse étoile ?

Comment résoudre le problème de la pénibilité du travail ou encore les carrières en pointillés ?

Je propose donc un système à 3 niveaux.

D’abord, une retraite de base identique pour tout le monde, elle sera financée par l’impôt. Elle ne sera pas dépendante de la natalité. Elle bénéficiera  de l’augmentation naturelle de la productivité et du PIB.

Ensuite, une retraite par métier, elle sera financée par le secteur professionnel concerné en fonction des conventions collectives. Chaque métier devra assurer son équilibre financier.

Et enfin, une retraite par capitalisation optionnelle et volontaire. Elle sera défiscalisée comme c’est déjà le cas et pourra financer le logement social.

La retraite métier sera définie par un organisme indépendant paritaire qui définit le montant des cotisations et la valeur du point.

On distinguera des points retraites et des points de pénibilités. Ce sont les professionnels du métier qui sont les plus compétents pour définir la notion de pénibilité et la valeur du point.

Il n’y aura plus d’âge de la retraite légal, les personnes pourront choisir de partir progressivement en retraite et diminuer le temps de travail en fonction de leur état de santé et l’envie de travailler. 

Mécaniquement, les personnes disposant de points de pénibilités pourront arriver en retraite plus rapidement.

Les employeurs seront obligés de tenir compte des carrières courtes et devront proposer des reclassements dans des postes d’enseignement ou d’administration par exemple.

En cas de changement de métier, les points seront transférables.

Les points retraites seront partagés dans la communauté de biens. Les femmes ou les hommes ayant consacré du temps à l’éducation ne seront plus lésés.

La retraite par capitalisation pourra apporter un complément de retraite ou servir à financer son logement. Avoir son logement est aussi une sécurité appréciable quand on est retraité.

About Marie Cau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partages