Le projet

Pour une défense Européenne

Ne faisant pas la même erreur qu’avec la monnaie, oui à une défense commune non à une défense unique.

Une défense européenne se fait en cohérence avec une industrie militaire commune. Tenter de faire l’une sans l’autre est vouée à l’échec.

Il faut se maintenir dans l’Otan mais il faut que les forces américaines quittent l’Europe. Tant qu’elles seront présentes sur notre sol et qu’elles menaceront la Russie, les tensions perdureront.

Il est impensable que la Russie s’en prenne militairement et directement à un pays européen. Les dangers sont plus dans la déstabilisation des opinions publiques et la cyberguerre auxquelles on assiste déja.

La présence Américaine est aussi un chantage auprès des pays d’Europe centrale et de l’est qui ont vécu sous le joug soviétique. Leur présence est un prétexte pour l’achat de matériels américains au dépend de l’industrie européenne et empêche de facto une intégration de l’industrie Européenne. Ces pays achètent à prix d’or des équipements américains contre une protection qui n’est en fait pas garantie. Que penser du F35 payé à prix d’or dont le seul vrai avantage est une furtivité obsolète au dépend de l’industrie européenne ? L’utilisation de matériels américains et de composants permettent aux USA de contrôler les exportations et les coopérations avec des pays tiers afin d’imposer leurs vues géopolitiques. Il est donc indispensable de s’en affranchir.

Il faut aussi retirer tout l’armement nucléaire américain. La France et la Grande Bretagne disposent de la dissuasion nucléaire, ce qui est suffisant.

L’avenir est maintenant à la guerre robotisée avec des drones et de l’intelligence artificielle qui donneront une supériorité décisive à l’avenir.

La France doit néanmoins continuer à développer son interopérabilité avec les états unis et de plus en plus avec la grande bretagne, seul pays qui a une réelle volonté d’assurer son autonomie militaire.

La coopération technologique européenne doit se renforcer sans tomber dans des projets avec trop de considérations économiques, politiques et nationalistes qui amènent souvent ces projets à l’échec. La France a plus intérêt à développer une coopération et une complémentarité industrielle avec la Belgique, l’Italie et l’Espagne dont les intérêts sont plus cohérents avec la France.

Il faut également que la Turquie ne fasse plus partie de l’Otan. Les USA souhaitent que la Turquie reste une zone tampon contre l’influence de la Russie en Europe Centrale et au Moyen Orient. Malheureusement, la Turquie menace l’Europe par des chantages ou directement militairement contre la Grèce et la France. Elle parasite la politique de l’Europe et de l’Otan pour ses propres visées impérialistes. Pour l’instant au sein de l’Otan et protégée par l’Allemagne et les USA, elle entretient un double jeu à son unique avantage. Il est temps que cela cesse.

About Marie Cau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partages