Le projet

La fin du salariat ?

Il apparaît que les français sont attachés au salariat. Ils recherchent en priorité des contrats en CDI qui entraine avec le sentiment de sécurité. C’est aussi le sésame indispensable pour accéder au crédit immobilier et ainsi avancer dans la vie. Mais malheureusement, cette impression est trompeuse.

Le CDI … Une fausse bonne idée ?

Le statut du CDI ne protège plus le salarié. En effet, il est très facile de licencier une personne jugée indésirable. Les indemnités sont plafonnées. De ce fait, les employeurs font le pari cynique de pratiquer le licenciement pour faute afin de ne pas payer les indemnités dues. Au pire, en cas de condamnation au Prudhomme, ils auront à payer le montant initialement prévu.

La santé psychologique des salariés est mise à mal. La peur du chômage est fortement présente. Cela incite à donner toujours plus, entraînant à long terme burn-out, dépression et dégradation du milieu familial.

En conséquence, l’aliénation est parfaite. La personne salariée est persuadée d’avoir une situation envieuse.

Le salariat comme source de discriminations ?

Le statut du salarié favorise un système discriminatoire. En effet, seules les personnes reprenant des stéréotypes positifs sont embauchées. On rentre vite dans un critère d’exclusion qui nous ferme la porte de l’emploi. Les femmes sont rejetées de l’embauche. C’est le cas aussi des vieux, les noirs, les trop jeunes sans expérience, les sans diplôme, les gays, les tatoués, les étrangers et j’en passe.

En conséquence, certaines personnes accumulent des contrats précaires. Elles sont encore plus exploitées. Payées au SMIC par les sociétés d’intérim, elles sont grassement facturées aux entreprises. Vous connaissez des sociétés d’HLM ou d’intérims en difficultés ? Elles semblent bien profiter du système également.

Bien évidemment, seules les personnes peu qualifiées et qui n’ont pas le choix travaillent dans ces boîtes d’intérim. Et bien évidemment, ces personnes ne peuvent souscrire à un crédit immobilier et doivent payer des loyers sans jamais pouvoir capitaliser. Si elles peuvent emprunter, cela se fait à des taux très élevés. Impossible pour elles d’accéder à l’ascenseur social.

Comment s’étonner que certaines font le choix de tricher, dealer ou trafiquer quand tout le système est contre eux et les maintient dans cette situation. Il est temps que cela cesse.

Mais alors, quelles sont les solutions possibles ?

La vraie aliénation commence quand la personne ne se rend pas compte qu’elle est esclave du système.

Karl Marx

Je propose de créer un nouveau statut de travailleur indépendant salarié. Similaire au statut de la micro entreprise, ce statut sera en portage salariale et accessible à tous les revenus. La société de portage fournira un niveau de protection social similaire à un contrat d’entreprise et sera caution pour les crédits immobiliers.

Il s’agit aussi de créer des sociétés de portage avec un statut d’association à but non lucratif, tout comme il en existe dans le service d’aide à la personnes. Elles auront des missions spécifiques telles que la gestion d’une bourse des demandes d’emploi.

Le statut de micro entrepreneur, bien que précaire, a permis à de nombreuses personnes exclues de travailler. Il s’agit d’améliorer le statut de micro entrepreneur en apportant une protection équivalente au statut salarié.

Les entreprises y trouveront aussi leur compte en ayant une grande souplesse pour gérer leur activité avec des prestataires. Quand les meilleurs employés déserteront les entreprises car ils gagneront plus à leur comptes, celles-ci devront monter les salaires.

Pour conclure, ce système veille alors à éliminer les discriminations envers les personnes. En effet, seule la qualité de la prestation importera. Tout le monde aura accès au marché du travail et les travailleurs toucheront directement le fruit de leur effort. Il contribuera aussi à réduire aussi le travail illégal.

About Marie Cau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partages